Les blessures d'âme

10 commentaires







L’énergie actuelle qui a commencé fin août - début septembre s’immisce de plus en plus profondément en nous …
Elle nous révèle notre blessure d’âme au grand jour … Que nous en ayant conscience ou non, la vie vient ouvrir cette blessure afin que nous l’acceptons et choisissons enfin de la guérir …

Il existe selon l’auteur Lise Bourbeau, 5 blessures de l’âme, le net regorge de sites tous aussi intéressants les uns que les autres …
Je ne vais pas à mon tour les expliquer en détail, je vous laisse découvrir par vous-mêmes si vous vous reconnaissez ou ressentez que cela vous parle dans votre vie actuellement …

Ces blessures de l’âme ont été activé dans notre enfance, pourquoi « activé », car notre âme la portait lorsqu’elle a choisit son incarnation, tout comme l’environnement et les parents où nous sommes né(e)s …
Nous nous sommes construits entièrement sur ces blessures d’âmes, notre personnalité a été formé à partir d’elles, et notre ego à construit aussi des protections et des remparts pour nous protéger …

Enfant, nous avions besoin de ces protections, adulte ces mêmes protections nous emprisonnent … Elles provoquent nos croyances négatives et nous enferment dans un monde d’illusions qui nous empêchent de voir notre âme, notre grandeur, notre lumière ainsi que l’âme des personnes autour de nous…

Aujourd’hui, il nous ai demandé de nous ouvrir à cette blessure d’âme afin de l’accepter et la guérir pour renaître à soi … C’est un chemin difficile, car nous nous sommes construits dessus à l’éviter, à nous en protéger …

Les résistances du mental, la protège tel un dragon qui protège le trésor dans une grotte comme dans nos contes enfants … Nous devons comme le chevalier nous armer du courage (qui signifie en latin « volonté du cœur ») affronté ce dragon (peurs) afin de découvrir le trésor que referme notre blessure d’âme …

Car derrière chaque blessure d’âme se trouve votre trésor, votre joyaux … L’être authentique que vous êtes qui ne peut se révéler seulement après avoir fait l’expérience de ce que vous n’êtes pas …

Notre cheminement dans la dualité nous fait expérimenter l’ombre pour goûter à la lumière … Par exemple une personne seule désirant vivre entourée, fait l’expérience de sa solitude en s’enfermant elle-même dans ses croyances qu’elle n’est pas assez bien ou que personne ne veut d’elle, qu’elle sera toujours seule… 

Elle crée cette réalité en n’allant pas vers les autres, en sortant peu, jusqu’au jour où la vie et l’aspiration de son âme est tellement forte qu’elle prends conscience de ses propres barrières, de ses propres blessures et choisit de se libérer d’elle-même …

Sa vie va s’ouvrir sur les autres, sur des rencontres, et elle va découvrir que ces plus belles qualités, ces plus belles aspirations sont dans le partage avec les autres … Son trésor intérieur se niche au creux des ses propres blessures …

Aujourd’hui, nous sommes tous entrain d’expérimenter les blessures de nos âmes, certaines personnes par des séparations qui vont leur faire vivre l’abandon ou le rejet, d’autres par des violentes disputes qui vont leur faire vivre l’humiliation ou la trahison, puis d’autres encore leurs situations, leurs mal-être vont devenir tels qu’ils ne peuvent plus avancer, ils vont avoir l’impression d’avoir franchit une barrière de non retour …

Ces étapes difficiles sont présentes pour que l’on regarde en nous, c’est l’énergie de la vie en nous et autour de nous qui ne souhaite plus être bloquée. Elle vient pousser les barrières, les cloisons, les remparts que nous avons construit autour de nos blessures d’âmes …

Ces blessures d’âme sont sur lesquelles nous formons notre regard sur la vie, il est filtré et déformé et créé en conséquence ce que l’on vit …

Je vous partage mon propre cheminement, j’ai comme blessure d’âme principale (car nous pouvons en posséder plusieurs à différents degrés) celle du rejet … Une rencontre m’a ouvert en grand à mes aspirations d’âme pour ensuite se refermer  …

Cela a réveillé en moi mes blessures et des comportements irrationnels (le mental) même si j’avais une part en moi qui voyait lucidement, j’étais incapable de me détacher du drame et de la douleur que cela réveillait… J’ai du aller jusqu’au fond de cette douleur et accepter mes émotions entièrement pour  me libérer …

J’y ai découvert que ces blessures d’âmes se logent dans une partie de nos corps au niveau de nos chakras et provoquent leurs dysfonctionnements …

La blessure de l’injustice se forme dans le chakra de la gorge nous empêchant de nous exprimer et ainsi d’être soi-même …

La blessure de l’abandon au niveau du chakra du cœur qui nous empêche d’aimer et être aimer réellement,

La blessure du rejet au niveau du plexus solaire source des émotions et de notre capacité à prendre place dans la vie, de créer et de faire des projets …

 La blessure de l’humiliation au chakra sacré nous bloquant dans nos aspirations et dans l’expression de la femme ou de l’homme …

La blessure de la trahison se loge dans le racine nous empêchant de nous sentir en sécurité …

Ensuite, j’ai découvert mes croyances négatives et ma manière de fonctionner dans ma vie à chaque instant … Par exemple, comme je souffre de la blessure du rejet, je rejette ma vie, elle n’est  jamais assez bien, je ne suis jamais dans le moment présent, j’attends le futur ou regarde le passé … Je crée un conflit intérieur entre ce que je veux et ce que je vis, et crée ces mêmes tensions et frustrations à chaque instant en créant ma réalité …

J’attire dans ma vie les personnes qui n’auront pas de reconnaissance envers moi, car je ne me reconnais pas moi-même …  On peut même découvrir que l’on choisit le travail qui nous fera expérimenter chaque jour cette blessure. Je ne prends pas place et j’attire les personnes qui m’empêchent de la prendre, jusqu’au  jour où je reconnais que tout vient de moi... De cette blessure qui souhaite être reconnu et vécu pour être transformé …

Ces prises de conscience vont me permettre de me libérer et de choisir ce que je souhaite vivre et donc ce que je souhaite incarner dans ma vie … Je redeviens créateur de ma vie, je m’aligne sur mon âme et libère mon potentiel divin …

Une alchimie se crée lorsque je choisis de regarder en moi mes blessures d’âme, pas pour blâmer qui que ce soit où la vie, car je comprends que tout fait partie d’un plan divin, mais pour me libérer des chaînes du passé afin de rentrer libre dans le présent …

Tant que nous tirons derrière nous les chaines qui nous maintiennent en arrière nous ne pouvons pas avancer … Mais lorsque je choisis en conscience de me libérer, alors je me retrouve dans un présent illimité … Car les limitations sont créées par ces chaines (ces blessures d’âmes) …

C’est un travail à faire soi-même, mais qui peut demander l’aide d’un thérapeute, d’un ami … Car nous avons besoin de l’autre pour se découvrir soi … Et avec l’énergie actuelle, nous avons chacun, une personne à nos côtés qui est présente … Regarder,  vous la découvrirez …

Maintenant regardons comment découvrir le trésor derrière chaque blessure d’âme, afin de faire l'expérience de qui vous êtes réellement :

La blessure de l’injustice : s’accepter entièrement et accepter les autres
La blessure de l’abandon : s’ouvrir à l’amour inconditionnel en donnant et recevant
La blessure du rejet : s’accueillir et accueillir tout ce qui est
La blessure de l’humiliation : s’honorer et honorer ce que l’on ressent
La blessure de la trahison : faire confiance en soi et en la vie

Je suis disponible pour tous commentaires, si vous avez des questions …

Bien à vous,

Jed


10 commentaires :

Anonyme a dit…

Bonjour Jed,
J'ai lu ton article avec un grand intérêt, il tombe à pic, car je suis en plein questionnement sur mes blessures, de l'enfant intérieur. Depuis ces quinze dernières années, j'ai ressenti les manifestations des blessures, barrières dans ma vie au quotidien : les blessures de l'injustice, les blessures d'abandon, les blessures de rejet et d'humiliation. Par exemple, j'attire aussi des personnes à qui je donne beaucoup de mon temps, de mon affection, de mon énergie. et en retour, je ne reçois rien et pire encore de la non-reconnaissance. Ce n'est pas comme si j'attendais quelque chose en retour, mais j'avais toujours cette impression que comme je donne naturellement (sans calculer), je devrais recevoir naturellement. Alors lorsque je rompe une relation, parce qu'au final, je ne me sens pas aimée par la personne, ni même reconnue, je deviens extrêmement fragile et fatiguée, je ressens une réelle fuite d'énergie. Je me sens coupable, coupable, de mon extrême gentillesse, en me disant que je n'aurais pas dû lui faire confiance, qu'il ne me mérite pas. Au bout du compte, je me referme de plus en plus comme une coquille, je me dis à chaque fois, je ne devrais pas être trop gentille ou trop donner. Toutefois, c'est un travail très difficile, car c'est encré dans ma nature profonde. Finalement, le célibat s'est révélé être une solution temporaire, voire évidente, comme un pansement permanent trop imprégné dans ma peau pour que je puisse l'enlever facilement et sans douleur. Les mêmes conséquences se reproduisent dans ma vie professionnelle, matérielle, je passe d'un boulot à l'autre alors ce que je recherche profondément la stabilité. Je n'attire que les emplois temporaires ou précaires malgré mes diplômes et mes références. Un moment, je me cachais derrière le rideau de la crise économique “c'est à cause de la crise que j'en sors pas”. Pourtant, en dehors de ma petite vie, il y a des gens comme moi qui bossent, et qui s'en sortent. Alors, je regarde en arrière et je me rends compte en fin de compte qu'il y a toujours eu un clash dans mes anciens postes, soit avec des collègues qui me mettent des bâtons dans les roues, soit avec un patron non-reconnaissant et humiliant ou encore que je ne me sentais pas en phase avec le travail accompli ou à accomplir. Il m'arrivait d'éviter tout conflit ou provocation, en laissant couler, en patientant, je faisais mon travail et évitais tout contact. Au final, à force d'éviter les confrontations et l'agressivité d'autrui, je me suis retrouvée sans travail soit en démissionnant, soit après un licenciement. Cela fait 2 ans que j'ai pris conscience de mes blessures intérieurs, mais le processus pour guérir n'est pas si simple. Il ne suffit pas de nommer la chose, il faut encore trouver le force ou les moyens en soi pour renaître en conscience. Alors j'ai une question, comment fait-on pour que notre bulle fusionne avec celles des autres, en harmonie et non plus dans la douleur ? Car toute est une question d'angles de vue et de perspectives. Merci Jed pour ce message.Birdlandlullaby

Jed a dit…

Bonjour Birdlandlullaby,

Merci pour votre témoignage, en vous lisant je perçois clairement la blessure du rejet.

La première chose à faire est de vous accueillir "vous"... Prendre conscience de la femme que vous êtes et de vous honorer, de prendre place dans votre vie ...

Ensuite, grâce à cette reconnexion à l'intérieur, vous allez découvrir que les personnes autour de vous changent, certaines vont partir pour laisser place à d'autres qui correspondent à la nouvelle femme que vous serez ...

Plus celle blessée qui rayonne et attire la confirmation de cette blessure mais celle qui s'est retrouvée et attire à elle des personnes qui seront la respecter et l'honorer pour qui elle est vraiment ...

Si vous souhaitez échanger Birdlandlullaby n'hésitez pas à m'écrire par mail ...

Je vous souhaite un lumineux week-end,

Jed

Anonyme a dit…

Merci pour ton article, il a éveillé en moi une résonance particulière. Ces blessures qu'on n'ose pas voir en face... Cette société aussi morbide qu'on puisse penser, nous amène à nous sortir de là par nous-même, par nos propres moyens, et heureusement qu'il y a des gens comme toi pour éclairer un semblant de chemin libérateur. Beaucoup parlent trop d'en haut avec leurs recettes miracles... Peu osent aller vraiment vers le bas. Et comme un trampoline, la pression vers le bas propulse vers le haut! Tout est mouvement et je vois mes blessures agir comme un mur, du coup, je les vois à la fois comme une opposition et une bénédiction. Car sans bâton dans les roues comment apprendre à lever le pied?

Merci encore pour ton message, il m'a beaucoup éclairé au-dedans.

Fraternellement.
Yuuki

petite demoiselle a dit…

bonjour, je me reconnais totalement dans ma blessure de rejet. J'en suis arrivée à un point ou j'ai peur de sortir car j'ai des conflits avec tout le monde. Voisins, copines, famille, etc.... C'est dur à vivre et j'ai peur qu'on me tombe dessus. Je donne beaucoup, j'écoute les problèmes des autres, et à présent je manque d'énergie.
en plus je me suis coupée avec ma famille car c'est trop compliquée. Ils m'ont rejeté lorsque j'ai fait le choix d'avoir un enfant et en plus ils sont violents pour la plupart. Je vis quelque chose de très lourd, je me sens très seule et non aimée.
Voilà j'avais envie de le partager.

Jed a dit…

Bonjour Petite demoiselle,

Lorsqu'on vit cette blessure, elle se reflète tout autour de soi ...
Essaye de rentrer en toi et de t'accueillir, de t'aimer ...
La méditation peut t'aider.
Ainsi, en réglant les problèmes en toi tu vas les régler à l'extérieur.
Bon courage et sache que la vie a toujours de belles choses à nous faire découvrir même dans les moments les plus difficiles...

Jed

Anonyme a dit…

Bonjour

Je suis arrivée ici comme par hasard. ..

Depuis un an environ je ressens en moi un changement...
Bref. Je suis remplie de peurs paniques..pour tout pour rien surtout sur la santé. .
Dans les blessures je me reconnais dans celle de l injustice et trahison.
Seul bémol je ne sais pas comment en guérir. .
J essaie pourtant j'en parle à mon âme mais rien... en ce moment je ne fais que de lutter contre moi même. Je finis par pleurer pleurer.
Là j ai l'impression d exploser. ..
Je crois que je ne me connais pas... cela me fait peur. Je crains aussii d avoir un mental bcp trop fort et unz carapace énorme.
Je pense que mon passé y est pour bcp.
19 ans de violences physiques et psychologiques m ont détruites. .
Que puis je faire pour enfin connaître la libération ?
Merci.

Anonyme a dit…

Bonjour jed, je m appelle smahine,j ai depuis peu identifier mes blessures qui sont le rejet et l injustice, je rumine beaucoup, du matin au soir c est obsessionnel. Votre commentaire me donne de l espoir etant donne que vous en etes sorti. Je me pose trop de questions sur la facon se m en sortir, je sais qu il faut que je m affirme plus, ce que je fais par moment et je vois la reaction des gens, qui sont etonnes car pas habitue. C est un travail de tres longue halaine et il ne faut pas relache. Ce n est pas facile de changer l image que l on donne a l exterieur mais c est possible. Pour le plus diffice c est au niveau affectif comment apprendre a aimer lorsque l on ne s aime pas soi meme. Toutes ces questions je me les poses mais comment faire. Merci de vos coneils a biento
t

Anonyme a dit…

bonjour, je ne découvre pas ces écrits par hasard, ils m'aident ! merci Jed,
pour ma part, je suis perdue et dans un néant très dur à supporter depuis le décès brutal de mon Mari qui était tout pour moi ! un vécu très difficile est une des raisons qui fait que je n'arrive pas à penser à moi ; dans ma tête , je n'existe pas parce que je n'ai auparavant existée pour personne ! je n'aimais vivre que pour son bien être, celui de notre Fille et celui des personnes qui m'entourent ; comment vais je être capable d'exister aujourd'hui ??? même lorsque le regard de mon Mari sur moi n'était pas bienveillant, ce regard là me manque parce qu'au moins , j'existais !!!! aujourd'hui 'à chaque fois que je pense à moi, je me sens mal, je ressens un malaise , un sentiment de culpabilité qui m'empêche de vivre et d 'avancer ! elle est bien dure la vie ! géraldine

Anonyme a dit…

La blessure de l’injustice : s’accepter entièrement et accepter les autres

La blessure du rejet : s’accueillir et accueillir tout ce qui est

comment accepter et accueilir le mal ?
le mal fais peur et il fais mal, surtout quand on le sens au niveau du coeur,

je peux tout aimé tout accepter tout accueillier
mais je ne peux pas aimé le mal
c est au dessus de mes forces et ca ne serait pas etre moi meme
le juste ne peut aimé le mal ?
l'accueillir en soi serai encore plus injuste !

j aime les gens j aime la vie, je maime aussi mais je suis consciente que le mal peut passe a travers chacun .
alors l accueillir et laimé serait injuste, irait contre mes valeurs morales et spirituelles
alors oui je peux accepter et accueillir,
mais TOUT veut dire nimporte quoi.
et
est ce qu'avoir de la valeur et etre un chevalier du bien, permets il d accepter le mal. je ne crois pas.

Blessures de l'âme a dit…

Merci pour votre article. J’ai de jeunes enfants et je suis vigilant à toute situation qui pourrait être source de blessures psychologiques pour eux. On ne peut pas les protéger de tout bien sûr, on ne voit pas arriver parfois certaines situations. Par contre, on peut essayer de détecter les premières manifestations d’une blessure dans de nouveaux comportements chez eux.