Translate

Blog

Pourquoi avons-nous un tel besoin de contrôle ?





Pourquoi avons-nous un tel besoin de contrôle ? C’est vrai, j’essaye souvent de lâcher prise, de faire confiance, je comprends bien que je crée ma vie avec mes pensées et mes émotions. Mais il n’y a rien à faire, j’ai toujours une part de moi qui vit dans la peur et souhaite contrôler !

« Ton besoin de contrôle appartient à une mémoire vieille comme votre monde. C’est du domaine de l’instinct, lorsque vous deviez vous protéger, vous alimenter, vous vêtir pour votre survie.
Au début de l’humanité, les conditions de vie étaient précaires et toute votre énergie était tournée vers la survie de l’espèce.
Aujourd’hui, les conditions de vie ont énormément évolué, mais vous êtes encore bloqués avec ces mémoires anciennes. »

Décidément, nous avons énormément de mémoires.

« Oui, car vous êtes dans le temps mental. Rappelle-toi, lorsque tu es dans le temps mental tu affectes ton présent par toutes les mémoires passées.
Puis le contrôle, l’inquiétude sont bien liées à ton mental, à ce qui pourrait arriver. A ce que je ne veux pas perdre de ce que j’ai de mon passé, non ? »

Si …

« Tu pourrais passer du temps à purifier, nettoyer ton mental, tes chakras (le premier dans ce cas), tes corps subtils, à faire des retours sur ces vies…  Alors, que tu peux juste être dans ce moment présent et faire l’expérience qu’il n’y a rien à contrôler.
Dès que tu sens ton besoin de contrôler, une oppression à ton cœur, tu peux tout de suite te dire : « Je suis dans le temps mental ». Et te repositionner ici et maintenant.
Comment te sens-tu ? »

Mieux … Mais cette réponse ne me convient pas…  J’avoue…  J’aimerais un truc, un remède, une baguette magique, hop, on enlève tout ça. J’ai toujours la sensation d’avoir quelque chose en plus, comme un vêtement trop serré, une couche d’énergie négative, quelque chose de trop et j’ai envie de le retirer …

« Oui, ce serait tellement plus simple. Enfin selon ce que tu crois. Regarde comment tu aimes interpréter et faire à ta façon.
Je te dis que tu n’as rien à faire à part être dans le ici et maintenant. Et cela ne te convient pas, tu préfères que je te donne une potion magique, un rituel, un médicament peut-être ? »

Euh oui …

« Car ton mental pense que la solution est toujours à l’extérieur ! Que le problème est à l’extérieur ! »

C’est vrai …

« Tu es toujours dans le schéma victime – bourreau. C’est un dérivé, vous êtes façonnés à croire que rien ne vient de vous, mais que tout vient de l’extérieur.
Et si je te dis, qu’il n’y a rien à l’extérieur, que toi.
Tout vient de toi et tout revient à toi. »

Oui, on revient au concept d’unité dont l’on parlait plus haut …

« Es-tu prête à accepter cette réalité ? »

J’essaye … mais c’est difficile, on vit dans un monde où tout change très vite, la violence et la manipulation sont monnaie courante… Comment se sentir en sécurité et se dire que c’est nous ? Que tout revient à nous et est nous …

« Car tu fais l’expérience de ta propre insécurité. Tu crées… »

Non, mais c’est le serpent qui se mord la queue ! Je veux bien comprendre que je crée ce que je vis à l’intérieur. Mais, je ne peux quand même pas prendre la responsabilité du monde dans lequel je vis !

« En effet, tu as la responsabilité de comment tu vis dans ce monde, de comment tu y réponds, comment tu l’alimentes…
Le monde est la somme de la pensée collective, nous en avons déjà discuté. Mais lorsque tu y réponds de la même manière, ne t’étonnes pas d’être dans ce cercle vicieux.
Regardons les choix qui te sont possibles :

En ce moment, tu vis ce monde comme un fardeau, tu as l’impression qu’il t’est imposé et tu aimerais bien en sortir. Tu recherches une autre manière de vivre, une autre conscience.
Avec cette approche, tu ne fais que te placer en victime et tu t’ôtes toi -même ta propre liberté de créer du nouveau. De créer les circonstances d’une vie plus élevée.

Si tu changes ta manière de voir et d’aborder ce monde, si tu le regardes non plus comme un fardeau, un danger, mais comme l’occasion de créer plus d’harmonie, plus d’amour, plus d’entraide et de partage. Que les épreuves sont des défis et des occasions de créer toujours d’une manière plus positive et élevée, tu vas faire l’expérience d’ouvertures, de rencontres, d’opportunités.

Tu ne vas pas en effet, changer le monde d’un coup au niveau planétaire, mais tu vas changer « ton monde ». Et c’est le premier pas pour un vrai changement, par ton exemple tu vas toucher d’autres personnes qui vont toucher d’autres, etc.

Comment penses-tu qu’une personne comme Gandhi, Bouddha, Nelson Mandela, Jésus et énormément d’autres, pour en citer que quelques-uns, ont pu toucher tant de personnes et en même temps la conscience collective ?
Car ils ont cru en eux-mêmes, ils ont su qu’ils pouvaient affecter et transformer leurs vies. Par leurs consciences créatrices, ils ont changé leurs mondes qui a changé le monde. »


Extrait du livre « Mon Dialogue avec la Source » sur Amazon.

Être hypersensible : faites-en un atout !

Selon une étude, nous sommes 20% de la population à être hypersensible, mais ce chiffre tend à croître ces dernières années. Il est tout à fait possible que cette hypersensibilité s’ouvre subitement, tout comme elle a toujours fait partie de votre vie.

Regardons ensemble ce que signifie être hypersensible et comment en tirer des bienfaits plutôt que de la subir.


Définition de l’hypersensibilité 

 

Une personne hypersensible à des perceptions intenses et élevées de tout ce qu’il l’entoure. Cela peut être le bruit, la lumière, l’atmosphère d’un lieu, les émotions… Elle peut se sentir agressée par une musique trop forte, une lumière vive et même se sentir submergée par les émotions des autres personnes autour d’elle.

Très souvent, les personnes hypersensibles se sentent incomprises et souffrent de leur capacité à ressentir tout et tous intensément. Elles peuvent tout à fait avoir des réactions brusques et incontrôlées, lorsqu’elles se retrouvent comme coincées face à une situation trop forte. Tout comme, être au bord des larmes et émues devant un coucher de soleil, un tableau, une musique, car elles sont touchées profondément par la beauté.

Cette hypersensibilité est souvent vécue comme un drame, car ces personnes se sentent démunies et perdent le contrôle d’elles-mêmes. Elles ont l’impression de n’avoir plus de limites ou de barrières avec l’extérieur.

 

D’où vient cette hypersensibilité et comment nous influence-t-elle ?

 

On naît très souvent hypersensible et c’est généralement héréditaire, mais nous pouvons tout à fait nous retrouver hypersensibles lorsque nous avons vécu des situations extrêmes dans la durée. Un pourcentage plus important de femmes serait hypersensible, mais il existe également de nombreux hommes.

Ces derniers vivent plus de difficultés à l’accepter, car elle est tellement éloignée de l’image d’un homme dans notre société. Pourtant, au lieu de condamner cette faculté, nous pouvons découvrir comment notre monde d’aujourd’hui en a vraiment besoin. L’hypersensibilité permet la compassion, car nous ressentons réellement ce que l’autre ressent et vit, elle permet aussi de créer plus d’harmonie et d’équilibre autour de nous, nous recherchons des relations saines et épanouissantes.

Il existe de nombreux hypersensibles dans les métiers de relation à l’aide, infirmières, psychologues, médiateurs, des protecteurs de la nature et des animaux, dans le bénévolat, des artistes, des comédiens, des poètes, des écrivains… Car ces personnes ont un réel besoin de transformer et d’aider le monde à plus de paix et d’harmonie. Elles ne supportent pas l’injustice et la cruauté. Il est tout à fait possible qu’elles ne regardent plus les journaux télévisés ou les images de violence sur les réseaux sociaux, car elles sont touchées profondément et souffrent réellement de telles visions.

Elles ne comprennent pas comment le monde peut tourner autour des scandales et des drames. Ce sont des personnes qui aiment vraiment leurs prochains et s’engagent à créer une vision élevée de la vie, dans le partage et l’entraide. Elles ont à cœur d’aider les êtres vivants démunis ou blessés. Mais lorsqu’elles s’ignorent, elles peuvent se rejeter et se juger sévèrement. Pourtant, ce sont des personnes merveilleuses avec de belles capacités.



Comment ne plus subir pour découvrir ses trésors 

 

Vous avez besoin de prendre conscience de votre hypersensibilité et de l’accepter, ce n’est pas un défaut ou un dysfonctionnement, mais une capacité à percevoir ce que d’autres ne soupçonnent même pas. Ensuite, vous devez accueillir l’idée que vous n’êtes pas comme la majorité des personnes de ce monde et que vous avez besoin d’un cadre de vie et d’une routine de vies différentes.
 


Voici quelques conseils de ce que vous devez instaurer dans votre vie :

 

- Un lieu calme où vous pouvez vous isoler et vous ressourcer lorsque vous en ressentez le besoin.
- Créer de l’harmonie et de la beauté chez vous, vous êtes sensibles aux couleurs, à l’espace, à l’ordre, évitez le désordre, l’encombrement, les couleurs agressives.
- Organiser des sorties et des ballades dans la nature, vous avez besoin de vous ressourcer à l’extérieur dans des cadres naturels.
- Offrez-vous des sorties dans les musées, écoutez des musiques inspirantes, découvrez d’autres cultures, vous êtes très sensibles à l’art sous toutes ses formes.
- Evitez la foule, les environnements bruyants le plus possible car cela, vous épuise et vous rend agressifs.
- Octroyez-vous des pauses quotidiennes pour prendre soin de vous, comme un bon bain avec de la musique douce et des bougies, un bon film ou un bon livre.
- Evitez les journaux télévisés, la presse écrite à scandales, les films et les musiques violentes. 

Comme vous le découvrez, l’hypersensible a des besoins spécifiques afin de se retrouver et de s’épanouir. Si vous suivez, ces quelques conseils, vous retrouvez votre centre et votre équilibre. Vous pourrez ainsi offrir vos belles qualités au monde et aux personnes autour de vous.


Jessie

La vibration de l'âme - Qui sommes nous ? (1ère partie)

Nous sommes bien plus qu'un corps, bien plus qu'un être humain.

Nous sommes en voyage à la recherche de qui nous sommes ?

Et si c'était ce voyage qui était important et non la destination ?
Dans cette vidéo, laissez moi vous expliquer quel voyage vous êtes entrain de faire.




Le syndrome du jumeau perdu






Lors de mes soins, je rencontre régulièrement des personnes qui ont perdu leur jumeau ou leur jumelle avant la naissance. Souvent ces personnes n’ont pas connaissance qu’elles auraient dû naitre à deux, car la propre mère ne le sait pas toujours. Surtout pour la génération où les échographies n’existaient pas encore.

Pourtant, la perte d’un jumeau in utero correspond à une réalité fréquente. "Un embryon sur 10 a un jumeau qui disparaît au cours de la grossesse", souligne Alfred Austermann, auteur du livre "Le syndrome du jumeau perdu".

C’est un sujet encore tabou dans les familles, chez les gynécologues qui n’osent pas toujours dire la perte d’un embryon à leur patiente pour ne pas l’inquiéter. Pourtant, ces personnes qui ont perdu leur jumeau vont se retrouver bloqué dans leurs vies, ressentir des sentiments sans arriver à comprendre la source.

Différents symptômes :

Les personnes qui ont perdu leurs jumeaux ont souvent la sensation qu’il leur manque une part d’elle-même, elles ressentent de la solitude, de la culpabilité. Elles trouvent difficilement leurs places dans la vie dans le domaine professionnel, amoureux, familial …

J’ai eu le cas d’une femme qui avait créé une identité complètement différente lorsqu’elle sortait le week-end. Elle avait même changé de prénom pour un groupe d’amis qu’elle ne voyait que dans le cas de ses sorties. Elle m’expliquait qu’elle se sentait libre, insouciante, plus joueuse lorsqu’elle prenait cette identité. Et dès le lundi, elle retrouvait son personnage sérieux, responsable pour le reste de la semaine.

Elle vivait d’une part pour elle et de l’autre pour sa jumelle. Et c’est souvent le cas pour la majorité de ces personnes. Souvent elles achètent en double. Elles ne peuvent pas s’empêcher d’acheter par paires. Elles n’arrivent pas à identifier pourquoi elles font cela, c’est un comportement qui échappe à leurs propres compréhensions. Dans leurs inconscients, elles savent qu’elles sont deux, mais ce n’est pas révélé à leurs consciences.

Voici une liste que ressentent les personnes qui ont perdu leur jumeau :

-      Solitude
-       Manque, vide
-       Culpabilité
-       Nostalgie
-       Peur de la mort
-       Boulimie
-       Anorexie
-       Mal être – tristesse – colère inexpliquée
-       Difficulté à trouver sa place, sa vocation
-       Sensation d’être incomplet



Libération :

Afin que ces personnes puissent se libérer et retrouver leurs complétudes, elles doivent comprendre ce qu’elles vivent et le pourquoi. Lorsqu’elles apprennent qu’elles avaient un jumeau qui n’a pas pu naitre, elles ressentent au plus profond d’elles-mêmes que c’est la vérité, une évidence, tout s’éclaire.

Elles peuvent enfin comprendre pourquoi elles vivaient et fonctionnaient comme cela et mettre des mots. Tous leurs mécanismes qui paraissaient « bizarres » ont leurs significations. Des souvenirs d’enfance peuvent remonter à leurs consciences afin d’être libéré.

Un travail de reconnaissance de ce jumeau, puis de deuil, leurs permettent de retrouver leurs propres vies. Car jusqu’à faire cette libération, elles vivaient comme à moitié. Une part pour elle et une part pour leur jumeau. La culpabilité inconsciente peut enfin se libérer.

Elles vivent une renaissance, une restructuration complète dans leurs personnalités, leurs vies. De nouveaux goûts peuvent voir le jour, de nouvelles aspirations car elles se permettent de vivre leur vie. Elles se sentent en paix.

C’est toujours incroyable de voir leurs soudaines transformations. Et lorsque vous êtes clairvoyante et médium, vous découvrez une expérience d’amour entre les deux jumeaux.
J’aime dire à ces personnes : « Vous avez remplacé un lien de souffrance par un lien d’amour. »


Jessie